Histoire d'un Délégué Syndical Central

Img 25393caee83cad0f65f0b6ad10cdb80f   Jean-Luc Pozzalo ou celui qui bouscule les codes du syndicalisme….      

Tous les jours il est à l’usine à 6h00. Il ne tient pas en place ….il restera pourtant assis le temps de la rencontre. Mais  on sent que déjà, le terrain lui manque. Rien ne dépasse de ce presque jeune homme de 46 ans, juste un grand sourire franc quand il parle de ses combats et de sa devise : «  on écrit ce qu’on dit et l’on fait ce qu’on écrit ».

Est-ce  cette devise qui a permis à la section Cfdt de Carbonne Savoie de passer, en 5 ans, de 30 à 110 adhérents (Ouvriers, Agents de Maitrise et Cadres compris) ? Certainement  la  loyauté qui se dégage de ce militant n’y est pas pour rien…

Jean-Luc a à peine 20 ans quand Carbone Savoie l’embauche. Dès le départ, ses relations avec cette entreprise ne sont pas simples. Après un contrat d’apprentissage de 18 mois en maintenance mécanique, l’entreprise  ne lui propose pas  de l’embaucher. C’est seulement grâce à l’action de la CFDT, qu’un mois plus tard il y trouvera sa place. Il s’en souviendra et prendra sa carte «  en guise de remerciements ». Son destin est tracé, il sera militant CFDT.

Il y a 6 ans tout s’accélère pour lui,  il y a urgence : il faut relancer la section syndicale CFDT, il ne reste plus  que 30 adhérents. Jean Luc devient Délégué Syndical et secrétaire  de la section, rentre au CHSCT. Une charte syndicale, une réorganisation de la section, et hélas, un PSE plus tard, la CFDT compte  110 adhérents. Tous les postes de responsabilité sont CFDT : au CCE, CE et au CHSCT. Pourtant le fonctionnement de la section peut surprendre. Du Secrétaire Général du Syndicat Chimie Energie Ain 2Savoie Christophe Pernod en passant par la secrétaire générale Rhône–Alpes, Elisabeth Le Gac à Laurent Berger lui-même, en visite à Carbone Savoie en mars dernier,  les visiteurs sont étonnés. Si vous cherchez un panneau d’affichage CFDT dans l’entreprise, vous ne le trouverez pas. Mais si vous êtes adhérent, un site internet très clair « CFDT CARBONE SAVOIE » vous attend et répond à toutes vos questions. Pas orthodoxe mais efficace ! Efficace aussi un service  des plus original, la centrale d’achat d’énergie qui permet aux adhérents de se chauffer à des prix très concurrentiels. Un syndicat qui se bat autant pour sauver sa vallée et les emplois que pour répondre aux demandes individuelles des militants CFDT….. c’est cela la méthode Pozzalo.

Long chemin où les relations inter syndicales  sont parfois violentes, les tensions fortes avec la Direction. Pas de portrait de Jean Luc sans parler de cette entreprise. Carbone Savoie, située dans la vallée de la Tarentaise, à Notre Dame de Briançon,  existe depuis 118 ans. En 1971  l’usine rejoint le groupe Pechiney, en 1997 elle est rachetée par UCAR, en 2006 par Alcan. En 2007 ALCAN s’unit à RIO TINTO et devient RIO TINTO ALCAN. Carbone Savoie  fait partie aujourd’hui des 3 premiers fournisseurs mondiaux de solutions cathodiques pour les usines d’aluminium, un produit de haute technicité  bien spécifique à son métier,  un savoir-faire reconnus par ses clients partout dans le monde et des partenariats technologiques en France, Norvège, Canada, moyen Orient et Chine ( + de 90% à l’exportation). En 2014, Carbone Savoie ferme l’unité de Lannemezan (84 emplois). En 2015 c’est le  tour de la Savoie (deux sites dont un à Vénissieux) de rechercher un repreneur ! 430 emplois sont menacés…. Tout peut finir là ….il ne faut pas compter  seulement sur la Direction  pour retrouver ce repreneur ….on l’a compris….

Les élus de Carbone Savoie, aidés en cela par l’URI et le syndicat chimie énergie,  ont  travaillé en profondeur, à un projet industriel et technologique des sites de l’entreprise. C’est un vrai projet d’avenir que propose la CFDT, qui intègre des atouts d’innovation de recherche et développement. Le constat s’appuie sur le manque de politique industrielle de la Direction qui a une gestion purement financière, plus tournée vers les actionnaires que vers les investissements, la R/D  et le dialogue social.

Jean- Luc, ce multi taches », tel qu’il se définit lui-même, se bat pour les autres et pour l’entreprise. Malgré ses formations,( outre son CAP Réparation Entretien , il s’est formé en  maintenance de système automatisé, maintenance mécanique en commande numérique, armurier, il est sauveteur secouriste/réanimateur, moniteur secouriste du travail pour la CARSAT, un diplôme de sous/officier chez les pompiers volontaire etc…la liste est impressionnante, ) il est resté ouvrier, et s’il est relais santé /sécurité et Lean/Advisor dans son atelier d’usinage, cela ne se voit pas sur sa feuille de paie….

En 2014 il ne signe pas le PSE. Les adhérents CFDT ne sont pas d’accord.  La Direction lui dit  «  je saurais me rappeler que vous n’avez pas signé… » . Pour lui le plus important, c’est  le D de démocratie, dans le sigle  CFDT. La charte de la section ne dit-elle pas : » Particulièrement attachés aux valeurs d’indépendance et de démocratie, ce sont nos adhérents qui déterminent nos choix. »

La  section CFDT ne refuse pas  les accords, elle en a d’ailleurs signé  de nombreux qui permettent « un meilleur respect des règles et de la dignité des employés «.

Quand on demande à Jean Luc Pozzalo «  mais d’où vous vient cette détermination ? «, devant son silence et son sourire on se souvient qu’un de ses rares souvenirs de jeunesse n’est peut - être pas pour rien dans cette loyauté aux autres. Il se rappelle : «  Enfant, je  jouais dans la cours dehors ; des hommes en costume sont venus annoncer à ma mère que mon père, qui travaillait à Carbone Savoie, venait d’être écrasé par un chariot de 10 tonnes…. ». Son père se  sortira de ce terrible accident après 6 mois d’hospitalisation et 6 mois de rééducation, mais à quel prix !!! Lors de son passage à l’hôpital il sera transfusé. Les années marquées par l’affaire du sang contaminé ont démarré….il mourra du cancer, non sans avoir repris le travail et  refusé d’être reconnu travailleur handicapé : «  ils l’ont tué deux fois, rappel t’il….une fois à l’usine, et une deuxième fois à cause de la politique et de l’affaire du sang contaminé… ». Silence. « Je n’ai jamais connu mon père en bonne santé… » . L’image de ce père, de  famille Italienne passée par l’Algérie,  tourneur de profession et qui pratiquait la voltige aérienne a marqué le jeune Pozzalo.

 A côté du destin familial, l’analyse politique n’est jamais loin chez Jean-Luc, «  les fils d’ouvrier ont du mal à progresser, je le vois, les fils de chefs qui sont embauchés deviennent chefs eux ». L’entreprise n’a jamais reconnu  ces compétences entre autres son diplôme de moniteur secouriste qu’il a pratiqué pendant 19 années à Carbone Savoie ; il a alors démissionné de sa fonction de secouriste interne. C’est à peine si un regret  pointe, on ne peut même pas parler de rancœur,  seulement d’un sentiment de gâchis….

L’engagement, voilà ce qui prime pour Jean Luc : « L’indépendance, l'écoute, la proximité, la défense des salariés, le social, la transparence, tenir nos engagements, le dialogue, l'implication, la formation. « La charte ….tout est écrit dans la charte et la devise revient : «  on écrit ce qu’on dit et l’on fait ce qu’on écrit ». Face à lui, personne n’en doute.  Assez simple non ? Oui simple mais assez rare aujourd’hui pour que cela vaille la peine de le souligner. On le laisse  retourner sur le terrain….et sauver les emplois dans cette vallée de Tarentaise.

Liliane Lament

https://rhone-alpes.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2015-08/trait_dunion_2015_n2.pdf

Date de dernière mise à jour : mercredi, 25 novembre 2015

  • 12 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire