Réforme des retraites position CFDT

Le Bureau National  du mercredi 11 décembre a analysé la présentation du projet de réforme des retraites par le Premier ministre.

Comme vous le savez, nous avons porté jusqu’au bout nos revendications pour une réforme systémique, juste et solidaire.

Le communiqué de presse du BN reprend l’essentiel de notre analyse et notre positionnement.

Si des mesures positives sont contenues dans le projet de réforme, trois points sont pour nous inacceptables :

  • L’âge pivot à 64 ans ;
  • La prise en compte de la pénibilité ;
  • Le niveau minimum de pension.

Nous appelons à mobiliser l’ensemble des salariés et de nos militants le 17 décembre prochain pour faire revenir le gouvernement sur les mesures négatives du projet.

Il ne s’agit pas de se joindre aux positions de refus de réforme de certains, mais de porter nos revendications pour la réforme que nous voulons.

Cette mobilisation de la CFDT doit être massive et nous comptons sur vous tous le 17 décembre !

Veuillez trouver ci-dessous, le communiqué de presse n° 68 du Bureau national de la CFDT, intitulé « Réforme des retraites, une réforme plombée par l’obsession budgétaire ».

REFORME DES RETRAITES

Une réforme plombée par l’obsession budgétaire

Malgré les alertes de la CFDT, le Premier ministre a imposé des mesures d’âge inutiles et injustes à travers l’instauration d’un « âge d’équilibre » dès 2022. Pour la CFDT, une ligne rouge a été franchie. Cette disposition remet en cause la promesse du président de la République de ne pas faire de mesure d’âge. Ce sont tout particulièrement ceux qui ont commencé à travailler jeune, et les personnes qui se retrouvent au chômage en fin de carrière qui seront pénalisés. Dès 2022, ceux qui pouvaient prétendre à la retraite à 62 ans devront travailler plus longtemps pour maintenir leur niveau de pension : si la réforme systémique est repoussée à la génération 1975, les mesures d’économies sont, elles, avancées à la génération 1960.

La CFDT rappelle que les salariés font déjà des efforts puisque les lois antérieures prévoient un allongement de la durée de cotisation pour tous jusqu’en 2035.

La CFDT porte depuis de nombreuses années l’ambition de construire un système de retraite juste, solidaire et universel. Si le rapport Delevoye donne tous les outils pour le bâtir, la concertation menée depuis septembre n’a pas permis d’avancer sur des points essentiels :

La reconnaissance de la pénibilité n’est aujourd’hui pas à la hauteur alors qu’elle est une condition de la justice sociale.

La CFDT maintient qu’une carrière complète au SMIC mérite une pension bien supérieure à 85% du SMIC. Le gouvernement doit aller plus loin en la matière.

Les dispositions en matière de retraite progressive restent quant à elles très floues ; la responsabilité des entreprises dans le maintien dans l’emploi des seniors doit être engagée.

Il est urgent que la situation des travailleurs concernés par les régimes spéciaux soit clarifiée, et que les mesures de compensation et de revalorisation salariales pour la fonction publique soient définies.

L’obsession budgétaire et la justice sociale ne font pas bon ménage. En souhaitant mener de front une réforme ambitieuse et une réforme budgétaire à l’ancienne, l’exécutif a perdu le sens et la lisibilité d’une réforme du système de retraite pourtant attendue.

La CFDT appelle donc l’ensemble des travailleurs à se mobiliser le 17 décembre pour que le gouvernement renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universel qui soit réellement juste.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 12 décembre 2019

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire