Usine de St Jean de Maurienne

L’ALUMINIUM EN MAURIENNE

Le début de l'ère industrielle de l'aluminium se situe en 1892

1892 - CALYPSO

C'est à cette époque que les frères Bernard vont installer un site de production  sur le lieu dit "Ile de Calypso" situé au confluent de l'Arc et de la Valloirette à 2 km de St Michel de Maurienne. La puissance des "marmites" cuves électrolyse est de 4000 Ampères sous une tension de 8 volts.

La SEMF installe en Maurienne, à La Praz, en aval de Modane, la première d'une série d'usines d'électrolyse qui vaudra à cette vallée française son surnom de "vallée de l'aluminium" , d'une capacité de 500 Kg /j   avec une intensité de 5000 Ampères sous 6 à 7 volts. Cette usine atteindra rapidement une production de 53 665 Kg /an.

Le prix de vente du Kg d'aluminium étant de 5F/kg

1894 : LA PRAZ : augmentation de l'intensité à 6000 Ampères et une consommation de 25 300 KW/H/T donne une production de 700 Kg/j. C’est la vitrine technologique.

Fermeture de CALYPSO qui n'a pas pu faire face à l'évolution technologique

1896 : rachat de CALYPSO par les américains ( futur ALCOA) qui avaient visité La Praz l'année précédente. Ils revendront le site en 1897 car dans l'incapacité de produire de l'aluminium.

1897 : L'usine de production d'aluminium électrolytique de Calypso (Saint-Michel-de-

Maurienne, Savoie) est achetée par PCAC (Pechiney) aux frères Bernard.

Pechiney qui, depuis la fermeture de l'atelier de Salindres en 1890, ne produisait plus ce métal, reprend ainsi pied dans l'industrie de l'aluminum. Les cuves Hall exploitées ont été achetées en 1895 à la Pittsburgh Reduction Company

1901 : accord entre les producteurs européens et ALCOA fixant le prix du Kg d'aluminium à 3F

1903 : la Société d'Electrochimie démarre l'usine de Prémont à 5 Km de St Michel de Maurienne, coté EST

1905 : stimulé par la reprise de la consommation, marché de l' aéronautique, automobile, 2 nouveaux établissements sont ouverts par Péchiney La SAUSSAZ, Est de St Michel de Maurienne. Cuves d'une puissance de 8000 ampères

1907 : Adrien BADIN décide de construire l'usine de St Jean de Maurienne.

Il retient comme zone le lieu dit "Les Plans" vaste terrain plat qui permet d"envisager des extensions importantes. Les cuves installées ont une puissance de 12 000 ampères. C'est une nouvelle génération de cuves qui est mise en place.

1908 : année noire pour l'aluminium, les prix de vente chutes de 3 F le Kg à 1,5 F. St Jean qui venait de démarrer sa production  arrête son usine le 22 février.

1909 : fin décembre reprise de la production à St Jean de Maurienne.

1912 : St Jean de Maurienne va refaire entièrement son électrolyse avec un nouveau type de cuves dont l'intensité va monter jusqu'à 20 000 ampères avec une consommation énergétique moindre.  Ces cuves resteront en service pendant environ 25 ans

1921 : Fusion de PCAC et de la SEMF : naissance de la Compagnie des produits chimiques et électro-métallurgiques Alais, Froges et Camargue (AFC), future Pechiney

1979 : Mise en service à l'usine Pechiney Saint-Jean-de-Maurienne des premières cuves d'électrolyse d'intensité 180 000 ampères à alimentation continue et épuration des fumées par le procédé sec (passage des gaz sur alumine en venturi vertical)

1986 : Mise en service à l'usine Pechiney Saint-Jean-de-Maurienne des premières cuves d'électro-lyse d'intensité 280 kA. L'usine produit désormais à elle seule autant que cinq anciennes usines dont La Praz, la Saussaz, Sabart et L'Argentière, fermées entre 1983 et 1985.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 23 juin 2016

  • 4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire