Fin d’un combat et sauvetage d’une mort annoncée

Depuis plus deux mois Jean-Luc POZZALO délégué syndical CFDT et son équipe étaient inquiets sur le devenir de leurs outils de travail, en l’occurrence l’entreprise Carbone Savoie, propriété du géant, Australien, Rio Tinto spécialisé dans l’extraction de minerais.

Depuis 2007, le géant minier, propriétaire de cette société fabricant des cathodes pour l’industrie de l’aluminium profitait de cette entreprise pour alimenter le monde de l’aluminium.

Des problèmes de maintenance et de retard ont décidé Rio Tinto, dont le métier premier est l’extraction de minerai, à brader les actifs de Carbone Savoie, le plus rapidement possible sans pour autant se soucier de l’avenir de cette entreprise, fleuron des exportations de cathodes.

Depuis 2 mois, de grève et de négociation, La CFDT menée par Jean-Luc POZZALO et son équipe très motivée, ont remué ciel et terre, afin que cette entreprise ne disparaisse au bout de quelques mois, faute de moyen en investissement par le nouveau repreneur.

Il s’agissait pour les Élus CFDT aidés par leurs 110 adhérents d’obtenir des garanties financière, afin de pérenniser les 440 emplois des sites de La Léchère et Vénissieux, sans compter les dizaines d’emplois indirects de toute une vallée. L’Équipe CFDT s’est donc démenée, battant le pavé jour et nuit,  mobilisant les Élus locaux de tous bord, le premier secrétaire de la CFDT, Laurent BERGER, mais également l’ancien Syndicaliste sidérurgiste et Député Européen Édouard MARTIN, qui n’ont pas hésiter à se rendre tous les deux, sur le site de la Léchère et obtenus des rendez-vous avec le cabinet ministériel, de l’économie d’Emanuel MACRON.

Certes comme le rappelle, Jean-Luc POZZALO, il aura fallu trois années à étudier comment fonctionnait Rio Tinto fonctionnait dans les cessions d’entreprises sacrifier bien des nuits et weekends pour arriver enfin à un résultat à la hauteur des attentes qui prouve bien que quand on est déterminé et qu’on croit en son entreprise rien n’est impossible. Il faut simplement s’y préparer, garder la tête froide, ne pas bruler les étapes, ne pas dévoiler ses sources d’informations afin d‘éviter la mise en péril des personnes et du dossier.

 Pour Jean-Luc, faire plier le géant minier et obtenir quelques 31 millions d’Euros pour remettre en état les outils et machines usées par des années en manque d’entretien, n’était pas gagné, car c’était un peu le combat du pot de terre et le pot de fer.

Depuis le 1er avril 2016 l’entreprise a changé de propriétaire avec le rachat par ALANDIA INDUSTRIE., mais la vigilance ne doit pas retombée, le combat n’est pas encore terminé. La prochaine étape de RIO TINTO est d’établir un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui pourra conduire à une centaine de licenciement. Jean-Luc POZZALO et son équipe devront encore se battre et mobiliser de nouveau, le premier secrétaire de la CFDT, Laurent BERGER

  • 3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire